Les URPS, interfaces incontournables des ARS

 

Les ARS, un service public de santé régional

La loi HPST (Hôpital, Patients, Santé et Territoires) du 21 juillet 2009 prévoit le décloisonnement de la ville, de l’hôpital et des professions de santé.

C’est ainsi qu’elle a créé une agence régionale de santé (ARS) dans chaque région de France.

Au niveau national, un comité de pilotage, sous tutelle gouvernementale, est chargé d’assurer une coordination France entière.

Au niveau régional, l’ARS rassemble les ressources de l’Etat et de l’assurance maladie, pour renforcer l’efficacité collective et garantir l’avenir du service public de la santé. Elle regroupe, en une seule entité, plusieurs organismes chargés des politiques de santé dans les régions et les départements : directions régionales et départementales des affaires sanitaires et sociales (DRASS et DDASS), agences régionales de l’hospitalisation (ARH), groupements régionaux de santé publique (GRSP), unions régionales des caisses d’assurance maladie (URCAM), missions régionales de santé (MRS) et volet hospitalier de l’assurance maladie composé d’une partie du personnel des caisses régionales d’assurance maladie (CRAM), du régime social des indépendants (RSI), de la Mutualité sociale agricole (MSA), des directions régionales du service médical (DRSM).

Son principal objectif est de décloisonner et « territorialiser » les politiques de santé pour les adapter aux besoins locaux, et de lutter contre les inégalités territoriales de santé.

Le champ d’intervention de l’ARS est large. Il comprend la santé publique (prévention, promotion de la santé, veille et sécurité sanitaire) et l’organisation de l’offre de soins (organisation des professionnels, des établissements de santé et des structures d’accueil médico-social).

Son ambition est d’améliorer la santé des populations et d’accroître l’efficacité du système de santé. Elle accompagne également la nouvelle représentation des professionnels de santé libéraux. 

 

La représentativité des professionnels libéraux

L’étendue du champ d’intervention de l’ARS mais aussi son mode d’intervention ne se conçoit qu’en liaison avec les acteurs de terrain, professionnels de santé, élus, services de l’État, organismes de sécurité sociale, associations, partenaires sociaux, responsables économiques. Parmi les instances délibératives créées pour dialoguer avec l’ARS, figurent les Unions régionales des professionnels de santé (URPS).

Interlocutrices des ARS pour les professionnels de santé exerçant à titre libéral (médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, masseurs- kinésithérapeutes, infirmiers, pédicures-podologues, orthophonistes, biologistes), les URPS contribuent à l’organisation et à l’évolution de l’offre de santé au niveau régional, à la continuité des soins et à la correction des déséquilibres démographiques.

Elles ne se substituent pas aux syndicats professionnels, lesquels conservent leurs missions et leurs prérogatives, tant au plan national que local. Les URPS constituent, face aux ARS, le moyen pour chaque profession de santé de faire entendre sa voix.