Rémunération de l’officine - Le réseau subit une nouvelle perte de 11 millions d’euros en mai

Rémunération de l’officine - Le réseau subit une nouvelle perte de 11 millions d’euros en mai

Publié le 11/07/2018 par FSPF

Les chiffres portant sur le suivi de la rémunération du mois de mai 2018 ont été récemment publiés par IQVIA.

Le réseau officinal enregistre une nouvelle perte de rémunération, entre mai 2017 et mai 2018, de près de 11 millions d’euros, confirmant ainsi la tendance qui se manifeste depuis le début de l’année 2018, malgré un chiffre d’affaires quasi stable.

L’impact cumulé des baisses de prix entrées en vigueur depuis janvier 2018 et l’investissement insuffisant de la part de l’Assurance maladie dans le cadre de l’avenant n° 11 conduit à un manque à gagner pour le réseau de 42,8 millions d’euros sur les 5 premiers mois. Pour rappel, la FSPF avait refusé de signer cet avenant conventionnel, estimant que les dispositions généreraient un manque à gagner d’environ 100 millions d’euros pour le réseau sur l’ensemble de l’année.

C’est l’ensemble de la réforme prévue par l’avenant n° 11 qui est fondamentalement remis en cause. Sur les 5 premiers mois de 2018, tous les indicateurs sur lesquels reposeront les évolutions du mode de rémunération sont en baisse par rapport à 2017 :

  • diminution du nombre total d’ordonnances de 3,14 %, alors que ce volume doit servir d’assiette pour un nouvel honoraire ;
  • diminution du nombre d’ordonnance de plus de 5 lignes de 2,77 % , alors que le montant de l’honoraire HC doit être revalorisé ;
  • baisse du nombre d’unités de 1,69 % et déremboursement de certaines spécialités inscrites sur la liste des médicaments spécifiques retenus pour la facturation du nouvel honoraire relatif aux dispensations particulières (médicaments contre la maladie d’Alzheimer).

Au final, les hypothèses utilisées par l’Assurance maladie au moment des négociations conventionnelles, pour réaliser ses prévisions, ne correspondent déjà plus à la réalité observée. 

La FSPF demande une réouverture des négociations avec l’Etat dans les plus brefs délais, afin de tenir compte de l’évolution de la situation.

 

Cordialement,

Philippe GAERTNER

Président de la FSPF