Les pharmaciens toujours évincés du MAD

Les pharmaciens toujours évincés du MAD

Publié le 23/03/2017 par Pharmacien de France

La Conférence nationale des Unions régionales de professionnels de santé (URPS) de pharmaciens libéraux (CNUPL), qui rassemble douze URPS pharmaciens, lance un pavé dans la mare du maintien à domicile (MAD). Un marché historiquement très dynamique... et très disputé entre l'officine et les prestataires de MAD, les premiers accusant les seconds de captation de clientèle, parfois au sein même des services hospitaliers, sur fond de liberté de choix du patient. Un sondage mené en février sur plus de 3 100 répondants par la CNUPL permet d'en mesurer l'ampleur. Et « les réponses sont sans appel », note Michel Siffre, son trésorier. 

Jusqu'à 90 % dans l'oxygène médical

En effet, à la question « lorsque votre patient sort de l'hôpital, êtes-vous contacté pour lui fournir son matériel médical ? », les pharmaciens répondent ne jamais l'être dans plus de 62 % des cas. De même pour les perfusions, un cas dans lequel 59 % des pharmaciens sont laissés à l'écart. Pour l'oxygène médical, la proportion passe même à près de 90 %. Le sondage montre pourtant que les pharmaciens sont demandeurs, puisque 83 % souhaitent être sollicités pour assurer la prise en charge des patients. Un avis que semblent partager les patients : dans près de 80 % des cas, ils se plaindraient d'être pris en charge par des personnes « qu'ils ne connaissent pas », rapportent les officinaux. La convention signée par les prestataires de MAD l'été dernier avec l'Assurance maladie et censée moraliser le secteur semble donc ne pas avoir porté ses fruits.