La pharmacie d'officine répond présent !

La pharmacie d'officine répond présent !

Publié le 14/05/2020 par FSPF

La FSPF poursuit son observation de l’activité officinale durant l’épidémie de Covid-19. Après un premier questionnaire analysant la période allant du 15 au 31 mars, le second volet de l’enquête s’intéresse à l’évolution de cette activité depuis le 1er avril.

Les résultats montrent que pour plus de 80 % des répondants, la baisse d’activité se poursuit sur le mois d’avril. Pour plus de 4 pharmaciens sur 10, la baisse moyenne du chiffre d’affaires se situe entre 10 et 20 %.

Malgré cette baisse d’activité, les pharmacies sont restées ouvertes. Certes, plus de la moitié ont réduit leur amplitude principalement en fermant plus tôt le soir : 30 minutes pour 34 %, voire 1 heure pour 44%. La continuité des soins est donc restée la priorité pour la profession pendant la crise sanitaire.

Dans les 15 premiers jours du confinement, plus de la moitié des pharmaciens répondants avaient recouru au dispositif d’activité partielle ou envisageaient de la faire. Aujourd’hui, seulement 20 % ont opté pour ce dispositif.

Les résultats de l’enquête démontrent aujourd’hui encore l’implication sans faille des équipes officinales dans cette crise sanitaire et des titulaires d’officine dans la protection de leurs salariés. En effet, depuis le 1er avril, 97 % des pharmacies ne déclarent de droit de retrait d’un salarié et près de 60 % des pharmaciens n’ont pas reçu d’arrêt de travail de la part de leurs salariés.

En dépit de la baisse d’activité rencontrée par 80 % des titulaires, 40 % envisagent de verser une prime d’activité à leurs salariés et 15 % l’ont déjà fait. C’est un véritable effort au regard du contexte économique difficile que traverse actuellement la profession.

Les officines ont maintenu pendant les deux premiers mois de cette crise sanitaire une activité de santé publique de qualité au service de la population. Les salariés des officines ont répondu présent pendant ces moments délicats ce qui a permis, avec l’implication des titulaires, de pouvoir maintenir les officines ouvertes.

Nous poursuivrons nos discussions avec le Gouvernement et l’assurance maladie pour que notre travail et notre engagement soient reconnus à leur juste valeur.