Non au TFR programmé !

Non au TFR programmé !

Publié le 21/05/2019 par FSPF

Jeudi dernier, le Comité économique des produits de santé (CEPS)1 a présenté de nouvelles modalités de convergence des prix des génériques avec ceux de leurs princeps dans les groupes génériques créés depuis plus de 5 ans.

La règle serait désormais la suivante :

  • lorsque la différence de prix entre princeps et génériques est supérieure à 26 %, l’écart de prix serait réduit à 15 % ;
  • lorsque la différence de prix est comprise entre 10 % est 25 %, l’écart serait de 5 % ;
  • lorsque la différence est inférieure à 10 %, les prix seraient alignés.

D’ici un à deux ans, l’écart de prix entre les génériques de plus de 5 ans et leur princeps serait réduit à ZERO

Ecart en PFHT entre génériques et princeps

Année N

Année N+1

Année N+2

Inférieur ou égal 10 %

TFR

 

 

Supérieur à 10 % et inférieur à 26 %

Réduction de l’écart à 5 %

TFR

 

Ecart de PFHT ≥ 26 %

Réduction de l’écart à 15 % 

Réduction de l’écart à 5 %

TFR

La conséquence est une généralisation du TFR appliquée progressivement. Pour la FSPF, cette mesure portera un coup fatal à la substitution, l’argument économique, incitant à choisir le générique plutôt que le princeps, n’existant plus. C’est pour cette raison que l’assurance maladie s’est d’ailleurs opposée à cette mesure.

Si le CEPS passe à l’acte, ce ne sont pas moins de 20 années de travail des officinaux pour convaincre les patients d’accepter les médicaments génériques qui seront réduites à néant.

La FSPF est totalement opposée à cette généralisation programmée : il en va de la survie même de la substitution des génériques. 

 

Cordialement,

Philippe BESSET

Président de la FSPF

 

[1] Organisme interministériel placé sous l’autorité conjointe des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et de l’économie.