Masques chirurgicaux : le combat continue

Masques chirurgicaux : le combat continue

Publié le 03/05/2020 par FSPF

Alors que les soignants sont confrontés depuis des semaines à une pénurie d'équipements de protection, les acteurs de la grande distribution disposent, eux, de centaines de millions de masques qu’ils vendront à partir de demain, privilégiant parfois, non pas les malades, mais leurs clients porteurs d’une carte de fidélité. Pour en savoir plus, cliquez sur l'image.

 

Face à la colère des soignants, le ministre de la Santé Olivier VERAN a affirmé à la sortie du Conseil des ministres qu’il aurait préféré que « la distribution des masques reste gérée par les pharmaciens et que ces (masques) soient destinés au public médical, aux personnes vulnérables et aux malades ». Il s’est dit prêt à les réquisitionner au besoin si les publics prioritaires ne disposaient pas suffisamment de masques issus du stock d’Etat.

En annonçant la vente de masques dans ses magasins, la grande distribution se fait avant tout un joli coup de pub ! Les dirigeants des grandes enseignes de la GMS sont restés silencieux jusqu'à présent. Où étaient-ils lorsque les professionnels de santé et les patients malades avaient besoin de ces masques...  Ecoutez l'intervention du PDG du groupe CARREFOUR, en cliquant sur l'image.

La FSPF tient à rappeler au ministre de la Santé que le besoin des soignants, des malades et des patients fragiles est de 150 millions de masques médicaux par semaine. Aujourd’hui, la quantité de masques nécessaires pour équiper ces personnes prioritaires reste insuffisante. La FSPF demande à ce que ces masques leur soient  réservés. En cas de vente, les masques médicaux doivent être pris en charge par l’Assurance maladie pour les personnes les plus fragiles ! Pour en savoir plus, cliquez sur l'image.

 

La FSPF se félicite de la fixation par l’Etat, dans un décret publié ce jour, d’un prix limite de vente des masques chirurgicaux, en réponse à sa demande, ce qui permet de faciliter l’accès des populations à ces masques. 

C’est ainsi que le décret publié ce jour fixant les prix des masques chirurgicaux prévoit qu’à compter du 3 mai, en métropole et Outre-mer, le prix de vente au détail des masques chirurgicaux ne peut excéder 95 centimes d'euros TTC (vente en ligne compris), hors frais de livraison. Le taux de TVA des masques chirurgicaux est fixé à 5,5 %.

Le prix de vente en gros destinée à la revente des masques chirurgicaux ne peut excéder 80 centimes d'euros HT par unité. Pour nos confrères de l’Outre-mer, la FSPF a obtenu la possibilité de l’ajout d’un coefficient de majoration. 

 

Aujourd’hui, la grande distribution a fait main basse sur la gestion de ces masques au détriment des soignants et des malades.   

Les pharmaciens se sentent trahis et seront attentifs aux choix du gouvernement pour gérer la pénurie de masques chirurgicaux pour les soignants, les malades et leur entourage.

 

Confraternellement,

Philippe BESSET

Président de la FSPF