Coronavirus : garde des enfants - point de situation

Coronavirus : garde des enfants - point de situation

Publié le 14/03/2020 par FSPF

Le 12 mars, le Président de la République a annoncé la fermeture, à compter du 16 mars et jusqu’à nouvel ordre, des crèches, écoles, collèges, lycées et universités afin de lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19.

Face à l’accélération de l'épidémie, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé ce jour, un durcissement des mesures déjà en place : la fermeture des commerces non essentiels, à savoir notamment les cafés, restaurants, discothèques, cinémas à compter de minuit. " Nous devons limiter les réunions amicales et familiales ", " les commerces alimentaires, les pharmacies, les banques et les bureaux de tabac et de presse resteront ouverts " a dit Édouard Philippe. Les transports urbains continueront à fonctionner.

Les salariés des officines, nécessaires aux soins, pourront en l’absence d’autres solutions de garde emmener leurs enfants (maternelle, primaire ou collège) dans leur lieu de scolarité habituel dès le lundi 16 mars, dans les conditions expliquées par la fiche mise à jour par l’Ordre national des pharmaciens, cliquez ici.

Par ailleurs, nous avons demandé au Gouvernement un document officiel donnant les lignes directrices pour la prise en charge en officine de ville des patients symptomatiques en phase épidémique Covid-19 et précisant plus généralement les mesures de protection à mettre en œuvre à l’officine.

La FSPF a, une fois de plus, réclamé que l’équipement des pharmaciens et des préparateurs arrive le plus rapidement possible car nous n’avons à cette heure aucune indication sur le jour et les modalités de livraison ! Nous sommes opposés à toute différence d’équipement entre préparateurs et pharmaciens sauf pour un acte particulier. Nous relayons vos messages d’indignation et d’inquiétude, soyez en assurés.

Nous reviendrons vers vous dès lundi pour des explications détaillées sur cette nouvelle phase de la mobilisation contre l’épidémie.

Nous ne devons pas faillir dans notre rôle de professionnel de santé et rester mobilisés auprès de la population.

 

Confraternellement, 

Philippe BESSET

Président de la FSPF