Congrès des pharmaciens - discours de clôture de Philippe GAERTNER

Congrès des pharmaciens - discours de clôture de Philippe GAERTNER

Publié le 22/10/2018 par FSPF

Le 71ème congrès national des pharmaciens a été l'occasion pour Philippe GAERTNER, président de la FSPF, de revenir sur l'année écoulée et les perspectives offertes à la profession.

 

"J’entends dire depuis des années que l’avenir de la pharmacie d’officine est fini. Je suis, à l'inverse, convaincu des nombreuses opportunités qui s’offrent à nous.

Au-delà de la problématique de l’accès aux soins, l’accompagnement du patient dans le parcours de soins est lui aussi au cœur des enjeux de santé publique.

OUI, la Fédération a fait le bon choix SEULE, il y a quatre ans, d’engager la transformation du mode de rémunération de l’officine afin d’introduire les honoraires, et ceci pour moitié de sa rémunération. Rien n’aurait été possible sans cette première étape lors de la dernière négociation quinquennale avec l’Assurance maladie.

OUI, la Fédération est favorable à l’introduction de nouveaux honoraires en 2019 et 2020, permettant d’atteindre un taux de 75 % de la rémunération officinale.

OUI, la Fédération est favorable à l’évolution de notre métier, orientée vers sa dimension de professionnel de santé.

OUI la Fédération reste attentive à la capacité économique des entreprises officinales à exécuter leurs missions.

NON, la Fédération ne peut accepter les effets ravageurs sur l’économie de l’officine des lois de financement de la sécurité sociale successives, qui réduisent nos moyens.

Il est urgent de soutenir effectivement ceux qui font le choix d’être pharmaciens, professionnels de santé, parce que ce sont eux qui subissent de plein fouet les effets des mesures de baisses de prix résultant des LFSS successives.

 

PLFSS 2019

L'Etat annonce de nouvelles baisses de prix dont les effets sur l’officine vont avoisiner les 100 millions d’euros, soit 30 millions d’euros de plus que l’apport de la convention en 2019. 

Il faut donc continuer de détacher la rémunération officinale des prix des médicaments. Mais il faut aussi prendre à bras le corps le dossier du générique, notamment de sa rémunération.

De plus, il est incohérent de ne pas autoriser la substitution pour les biosimilaires ou d’envisager la création dans le PLFSS 2019 d’un groupe de médicaments dits hybrides avec le prix des génériques sans en avoir les avantages pour le pharmacien : c’est le meilleur moyen de ralentir leur déploiement.

 

Ma santé 2022

Madame la Ministre, si nous voulons réussir « Ma santé 2022 », il faut faire confiance aux pharmaciens et leur en donner les moyens. C’est bien de confiance dont il s’agit quand on nous demande de mener des entretiens ou de vacciner.

Il y a trois ans, la Fédération était bien seule à défendre la vaccination par le pharmacien. On voit qu’aujourd’hui, de nombreux acteurs nous ont rejoints, et c’est tant mieux.

 

Vous le voyez, Chères Consœurs, Chers Confrères, les opportunités pour notre profession sont nombreuses : le rôle du pharmacien dans les soins primaires, l’exercice à l’intérieur d’équipes de soins primaires, les liens avec l’hôpital, le développement des CPTS, la prévention… tout cela est devant nous."

 

Revivre le discours de clôture, voir la vidéo en cliquant ici.

Lire le discours dans son intégralité, cliquez ici.