AINS : Mise en évidence de complications infectieuses graves

AINS : Mise en évidence de complications infectieuses graves

Publié le 18/04/2019 par FSPF

A la suite de nombreux signalements de pharmacovigilance relatant des complications infectieuses graves consécutives à la prise d’AINS, notamment d’ibuprofène et de kétoprofène, une enquête de pharmacovigilance a été menée afin de déterminer si ces complications étaient favorisées par la prise d’AINS ou bien si elles traduisaient l’évolution de la pathologie infectieuse initiale.

Les conclusions de cette enquête, diffusées par l’ANSM ce jour, suggèrent que ces infections pourraient être aggravées par la prise de ces AINS.

L’enquête a également mis en évidence la persistance de l’utilisation d’ibuprofène ou de kétoprofène en cas de varicelle. L’ANSM rappelle que les AINS peuvent être à l’origine de complications cutanées bactériennes graves lorsqu’ils sont utilisés au cours de la varicelle et doivent être évités dans ce cas.

L’ANSM rappelle aux patients et aux professionnels de santé :

  1. De privilégier l’utilisation du paracétamol en cas de douleur et/ou de fièvre, notamment dans un contexte d’infection courante comme une angine, une rhinopharyngite, une otite, une toux, une infection pulmonaire, une lésion cutanée ou la varicelle, en particulier en automédication.
  2. Les règles du bon usage des AINS en cas de douleur et/ou fièvre :
    • Prescrire et utiliser les AINS à la dose minimale efficace, pendant la durée la plus courte
    • Arrêter le traitement dès la disparition des symptômes
    • Eviter les AINS en cas de varicelle
    • Ne pas prolonger le traitement au-delà de 3 jours en cas de fièvre
    • Ne pas prolonger le traitement au-delà de 5 jours en cas de douleur
    • Ne pas prendre deux médicaments AINS en même temps. 

Voir l’intégralité du point d’information de l’ANSM en cliquant ici.

Confraternellement,

Philippe BESSET

Président de la FSPF