1er trimestre 2018 : érosion de la marge

1er trimestre 2018 : érosion de la marge

Publié le 19/04/2018 par FSPF

La précédente convention a permis une progression de la rémunération... 

Dans le cadre de l’observatoire du suivi de la rémunération du réseau officinal, la CNAM a présenté la semaine dernière un point de situation sur les évolutions de la rémunération jusqu'à fin 2017. 

Le montant total de cette rémunération est de 6 504 millions d’euros en 2017 contre 6 375 millions d’euros en 2011 (année précédant la signature conventionnelle). 

Les résultats présentés par l’Assurance maladie confirment donc l’évolution positive de la rémunération tout au long de la précédente convention, contrairement à ce qui a pu être régulièrement affirmé.  

 

TOTAL rémunération 

(millions d’euros)

2011

                    6 375

2012

2016

                    6 467

                    6 673

2017

                    6 504

 Source Observatoire de la rémunération CNAM-Syndicats de pharmaciens – avril 2018

La FSPF regrette cependant que l'avenant n° 11 signé en juillet dernier n’ait pu empêcher une perte de 170 millions d’euros en 2017 alors que la précédente convention (signée en avril 2012) avait permis d’apporter plus de 90 millions d’euros l’année même de sa signature. 

 

... le 1er trimestre 2018 s'accompagne d'une érosion de la marge

Les chiffres du 1er trimestre 2018 confirment l’insuffisance de l’avenant n°11.

Il manque sur ce trimestre 27,6 millions par rapport aux promesses des signataires, malgré une stabilité du chiffre d'affaires liée à la croissance des ventes de médicaments chers.

 

 Janvier 2018

Février 2018

Mars 2018

Cumul 2018

Apport promis par l’avenant n° 11

+ 6 millions €

+6 millions €

+6 millions €

+18 millions €

Réel

- 11 millions €

+2,4 millions €

-1 millions €

-9,6 millions €

Il manque

17 millions €

3,6 millions €

7 millions €

27,6 millions €

 

Compte tenu de ces résultats, la FSPF alerte les signataires de l’avenant n° 11 sur le probable déclenchement de la clause de sauvegarde (perte de plus de 1 % par rapport à l’année 2016 soit 6 673 – 1 % = 6 606 millions d’euros) dès la fin de l’année 2018 et ce, malgré l’apport des 70 millions d’euros de cet avenant pour 2018. 

Or, les signataires ont prévu que cette clause de sauvegarde ne pourrait être appliquée qu’à compter de 2021… 

L’ouverture d’une négociation est essentielle pour le réseau officinal.

 

Cordialement,

Philippe GAERTNER

Président de la FSPF